ASSEMBLÉE DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER

Lettre n°1 : septembre 2009

Chers compatriotes résidant à Maurice,

Puisque vous m'avez accordé votre confiance et m'avez chargée de vous représenter à l'AFE, je vous tiendrai régulièrement au courant des activités de l'Assemblée afin que vous puissiez participer à mes côtés à ses travaux.

L'assemblée générale de l'AFE a été précédée de la 3 ème journée des Français de l'Étranger au Sénat. M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, nous y a accueillis. Les débats ont été d'une grande qualité et les différents intervenants ont exploré tous les sujets intéressant les Français de l'étranger, les questions, économiques, sociales et fiscales et leurs rapports avec l'administration consulaire locale. À la fin de la journée, nous nous sommes retrouvés dans l'hémicycle pour une discussion constructive.

Chaque conseiller participe à une commission aux côtés des sénateurs dont c'est la compétence. Les commissions permanentes regroupent : la commission des Affaires Culturelles, de l'Enseignement et de l'Audiovisuel, la commission des Affaires sociales, la commission des Finances et des Affaires Économiques, la commission des Lois et des règlements, la commission de l'Union Européenne. Deux commissions sont temporaires : la commission de la Sécurité des Français de l'étranger et la Commission des Anciens Combattants. Un Conseiller ne peut faire partie que d'une seule Commission permanente, j'ai donc choisi celle des Affaires Culturelles et de l'Enseignement, tout en suivant la synthèse des travaux de la Commission des Affaires Sociales puisque, vous le savez, ce sont des sujets qui me tiennent à cur.

 

Je traiterai donc aujourd'hui de l'enseignement et du sujet longuement présenté par la cellule de crise : la grippe H1N1

Les sénateurs DEVERNOIS et FERRAND ont travaillé à nos côtés. Nous avons reçu Madame Anne-Marie DESCÔTES, Directrice de l'AEFE et Monsieur Jean-Luc MASSIN, Chef du Service des Bourses Scolaires en ce qui concerne l'enseignement français à l'étranger.

À la suite de leurs exposés précis et détaillés, nous avons fait part de nos inquiétudes concernant les perspectives de l'enseignement français à l'étranger.

Nous avons été sensibles principalement à deux facteurs : sa qualité et son coût.

La qualité de l'enseignement passe par la qualité des ressources humaines. Nous nous sommes inquiétés de constater que dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), le Ministère du budget envisageait d'ici à 2012 la suppression de 300 postes d'enseignants expatriés sur les 600 encore présents sur le réseau.

Le premier vu que nous avons exprimé a été l'arrêt du programme de suppression de postes d'enseignants expatriés induits par la RGPP.

En ce qui concerne les coûts, le transfert des compétences relatives au patrimoine immobilier dont la charge revient désormais à l'Agence sans qu'elle ait reçu les moyens permettant de les assumer, grèvera le budget des établissements. De même, nous avons constaté que les sommes allouées par le Ministère du budget pour le paiement des pensions civiles des personnels titulaires accusaient un déficit et que le fait d'en faire supporter une partie par les établissements conduirait à une augmentation des frais de scolarité, ce qui pourrait devenir insupportable pour certains parents.

Nous avons donc déposé une résolution en Assemblée Générale demandant que le budget de l'Agence soit abondé à la hauteur des besoins correspondant, ce qui a été adopté à l'unanimité en séance.

 

L'aide à la scolarité a été un autre sujet d'inquiétude. Considérant l'accroissement sensible du nombre de demandes d'aides à la scolarité (supérieur à 8%) et l'augmentation très importante des frais de scolarité liée aux transfert des charges aux établissements, nous avons demandé que soit débloqués les 4,28 millions d'euros correspondant à la régulation qui affecte la dotation des bourses des et l'abandon des nouvelles mesures de régulation.

N'oubliez pas de déposer votre dossier de demande de bourse.

 

Enfin, il nous a paru important, considérant la nécessité d'anticiper et de programmer l'évolution du réseau, d'associer toutes les forces vives au sein de nos communautés à l'étranger, d'obtenir l'engagement actif des chefs de poste diplomatiques, et d'exprimer notre volonté de voir des « plans école » élaborés et mis en uvre dans chaque établissement du réseau et au niveau de chaque pays. Il faudrait que l'AEFE en fasse un instrument de base du développement du réseau.

À l'issue du tour de table, j'ai exprimé à Madame DESCOTES le souhait que soient créées à Maurice une ou deux filières de bac « professionnel » pour que tous les enfants scolarisés dans notre système quittent le lycée avec un diplôme qui leur convienne. Dossier à suivre.

D'autres sujets ont été abordés sur lesquels nous reviendrons ultérieurement.

 

La grippe H1N1

Tout d'abord, la cellule de crise nous a rassurés quant aux risques du vaccin. Certaines incertitudes persistent mais, dans l'ensemble, les experts s'accordent à dire qu'il induit une bonne réponse immunitaire dans la grande majorité des cas.

Il y aura à Maurice un nombre suffisant de doses pour vacciner tous nos compatriotes. Il est recommandé de vacciner d'abord les personnes à risque : les femmes enceintes, l'entourage de nourrissons de moins de six mois, les nourrissons et sujets de + de 65 ans avec facteurs de risques et les professionnels de santé. Le dispositif devrait être opérationnel très prochainement à Maurice.

Le site : www.alerte-aefe.fr dédié à la pandémie grippale est régulièrement mis à jour.

L'Administration a répondu à de nombreuses réponses orales et écrites. Je porterai à votre connaissance celles qui sont d'un intérêt général.

N'hésitez pas à me questionner sur les sujets qui vous concernent.

Nouvelle adresse mail : michele@malivel.com et postale : BP 182 Curepipe.

Très bonne fête de l'AÏD à nos compatriotes musulmans résidant à Maurice et à leur famille.

 

Michèle GIRAUD - MALIVEL michele@malivel.com

lettre suivante